Publié le 25 novembre 2021 par Rodolphe Langlois

 

Pour se déployer en foncier, le concepteur parisien de centrales solaires hybrides combinant photovoltaïque et stockage fait entrer le fonds infra Marguerite, lead d’un tour de 40 M€, ainsi que l’énergéticien Sorégies pour une valorisation autour de 90 M€.

© Ze Energy

 

L’an passé, Ze Energy avait réuni plusieurs acteurs de la transition écologique, lors de sa levée de fonds d’amorçage, en s’ouvrant principalement à Demeter (lire ci-dessous). Cette fois-ci, le producteur et gestionnaire francilien d’énergie renouvelable opérant des centrales solaires hybrides accueille, entre autres, un fonds infra, Marguerite, basé au Luxembourg et aussi installé à Paris. Ce dernier prend les devants d’une série A de 40 M€, à travers un fonds doté de 745 M€, souscrit notamment par la CDC et la BEI, dont la stratégie est de financer les nouvelles infrastructures dans les secteurs de l’énergie. « Nous ne savions pas exactement à quels types d’acteurs nous souhaitions nous ouvrir, et si nous allions syndiquer la levée entre plusieurs acteurs, mais nous avions cependant une idée du montant, raconte Mathieu Lassagne, fondateur de Ze Energy en 2019. Marguerite est un acteur de l’infrastructure, qui souhaite également passer à une nouvelle version de l’énergie renouvelable. » L’un des principaux partenaires de Ze Energy, le distributeur d’électricité Sorégies, fait aussi partie du tour de table. Tous les actionnaires historiques entrés en 2020, EverWatt, filiale d’Evergreen Holding, le fonds allemand Hightech Grunderfonds,, ainsi que Ze Way Invest, remettent au pot. Ensemble, ils portent la valorisation de l’entreprise autour de 90 M€, selon nos informations.

800 Mégawatts de puissance photovoltaïque recherchée

Mathieu Lassagne, ZE Energy

Mathieu Lassagne, ZE Energy

La feuille de route de Ze Energy, dressée à l’été 2020, consistait principalement à l’achat de foncier pour créer des centrales solaires hybrides, capables également de stocker l’énergie produite. Un objectif atteint, puisque la jeune société parisienne de 20 salariés a validé deux projets de centrales dans la région Centre-Val de Loire, dont les mises en services sont respectivement prévues pour la fin d’année 2021 et le premier semestre 2022. Le producteur et gestionnaire d’énergie a également signé début octobre un contrat de vente de gré à gré entre ses actifs d’énergie renouvelable avec Sorégies, et a également amorcé son développement à l’international, en remportant un premier appel d’offres organisé par l’un des principaux gestionnaires de réseaux énergétiques italiens. « Nous ne nous contentons pas de produire, il y a toute la partie d’acheminement jusqu’aux consommateurs, qui nécessite un certain nombre d’outils informatiques pour la gestion des actifs », poursuit Mathieu Lassagne. Pour atteindre la puissance photovoltaïque de 800 Mégawatts d’ici 2025 en Europe, Ze Energy doit pour cela identifier de nouveau du foncier pour la construction de nouvelles centrales, ainsi que d’autres opportunités dans des pays continentaux comme l’Italie, l’Allemagne ainsi que l’Espagne. Pour cocher tous ces points, l’entreprise mise sur un doublement de ses effectifs.

 

Voir la fiche (descriptif, deals, synthèse, équipe…) de :

Ze Energy

Ze Energy
Sorégies

Sorégies
Marguerite Fund

Marguerite Fund
Demeter

Demeter
Evergreen Holding

Evergreen Holding

ZE WAY INVEST,